Projet de pont sur l’Oise à Chaponval

Projet de franchissement de l’Oise à Chaponval, par l’intermédiaire d’un pont qui devrait relier le plateau (d’Ennery-Auvers) à Saint-Ouen-l’Aumône.

Un budget à été voté par le conseil général PS du 95, en 2010, 2011, pour un montant de 250000 € et 250000 € par la Région Ile de France afin de permettre le financement des études préliminaires à la contruction d’un pont traversant l’Oise.

Dominique Lefebvre (Maire de Cergy) et Alain Richard (Maire de Saint Ouen l’Aumône), défendent farouchement le projet, de plus, Jean-Pierre Pernot (maire de Méry) déclare vouloir tout faire pour que ce projet aboutisse.

Vu dans la presse, « Le parisien du Val d’Oise » === (cette article).

Pont sur Chaponval -  voir en grand cette image

Le projet de pont sur l’Oise, sur le quartier de « CHAPONVAL » refait surface à Auvers-sur-Oise - (95430).

On le croyait enterré depuis de nombreuses années déjà… Le projet de construction d’un nouveau pont permettant de franchir l’Oise semble refaire parler de lui. Quelques pointillés tracés sur la carte du schéma de cohérence territoriale de Cergy-Pontoise (Scot), rien de plus. Mais cela suffit amplement à semer le trouble parmi les communes voisines de l’agglomération. « Cergy-Pontoise ne peut pas imposer quelque chose sur un territoire qui n’est pas le sien ! » souligne Jean-Pierre Béquet, le maire (PS) d’Auvers-sur-Oise. « C’est une proposition très provocante alors que nous sommes déjà en bagarre avec le Port Autonome. »

Car ce nouveau franchissement de l’Oise réveille d’autres fantômes. Le dossier d’extension du site portuaire de Saint-Ouen-l’Aumône a beau être en sommeil, le Port autonome de Paris n’a pas encore renoncé à l’idée. De quoi donner des frissons aux nombreuses associations de riverains et de protection de l’environnement qui se sont mobilisées lors de l’enquête publique du Scot de Cergy-Pontoise. Le commissaire enquêteur a ainsi pu recueillir 49 avis défavorable concernant la construction d’un pont entre les terrains du Port autonome de Paris et le quartier de Chaponval, à la limite de celui du Valhermeil. Juste avant l’ouverture de l’enquête, la ville d’Auvers-sur-Oise avait d’ailleurs pris position à travers une délibération catégorique : « Le conseil municipal rappelle l’impossibilité de ce franchissement que pour des raisons techniques et financières », martèle le texte voté à l’unanimité.

Autre opposition, et pas des moindres, le parc naturel du Vexin (PNR) souligne que cet hypothétique pont n’est guère compatible avec la charte du PNR. « Si la nécessité de créer un nouveau franchissement de l’Oise peut être argumentée en tant que principe sa localisation précise ne semble plus pertinente au regard des impacts prévisibles (secteur urbanisé, proximité du coteau rive droite, de l’île de Vaux », détaille le parc. Le commissaire-enquêteur lui-même estime que le projet « doit être écarté ».

Seule la voisine de l’autre côté de la rivière, Méry-sur-Oise, semble défendre ce pont qui embarrasse tout le monde. La municipalité (MRC) de Jean-Pierre Pernot réclame en effet une solution pour « désengorger les deux ponts routiers existants - entre Méry et Auvers et entre Saint-Ouen-l’Aumône et Pontoise - qui sont saturés. »